>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

«Côte d'Ivoire : le feu au pré carré», Judith Rueff, Editions Autrement, Collection Frontières, 2004

Depuis la mort de Félix Houphouet-Boigny, le 7 décembre 1993, la Côte d'Ivoire est entrée dans une période d'incertitude. Pendant près de quarante ans, l'ancien président ivoirien a régné sans partage sur son pays, mettant en place un véritable système de rente politique. Sa disparition va entraîner une guerre de succession féroce, conduisant à la situation actuelle. En poste à Abidjan, au plus fort de la crise ivoirienne, entre 1999 et 2002, Judith Rueff a couvert pour Libération et Ouest-France la chute du pays. Dans son livre, elle retrace la genèse du drame ivoirien, de la disparition de Houphouet-Boigny jusqu'à la division actuelle du pays.

Pour l'auteur, les raisons de la chute du bon élève de l'Afrique sont multiples : la mort du " vieux " Houphouet Boigny, la fin de la guerre froide, le changement de donne géopolitique, la montée des radicalismes religieux et ethniques, l'introduction du concept d'ivoirité, la terre qui vient à manquer, le désengagement de la France dans son ancienne colonie.

Judith Rueff s'interroge également sur le rôle de la France, en soulignant son impossible neutralité. Entre retrait progressif de son pré carré africain et nécessité de défendre ses intérêts économiques, Paris n'a pas su gérer au mieux la crise ivoirienne. Du coup d'Etat de décembre 1999 jusqu'à " l'opération Licorne " à partir de septembre 2002, la France aura ainsi mis du temps avant d'intervenir en Côte d'Ivoire.

La protection des expatriés français (près de 20 000 personnes) et la défense des intérêts économiques (Bouygues, Bolloré…) expliquent le retour de la France dans son pré carré africain. L'auteur dévoile également les relations ambivalentes et complexes entre la classe politique française et Laurent Gbagbo, l'actuel chef de l'Etat ivoirien. Depuis juillet 2003, la Côte d'Ivoire " vit dans un état de ni guerre, ni paix, une trêve permanente qui peut être rompue à tout moment ", conclut la journaliste. Une situation d'instabilité qui pourrait à nouveau s'embraser à l'approche des élections présidentielles ivoiriennes de 2005.

Par Julien Nessi - Juillet 2004
Copyright © Cyberscopie
http://www.cyberscopie.info