>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

«Le mythe du développement», Oswaldo de Rivero, Ed. de l'Atelier, Ed. Charles Léopold Mayer, collection "Enjeux Planète", 2003

Oswaldo de Rivero, ancien ambassadeur du Pérou aux Nations Unies, a dirigé la délégation de son pays lors des négociations du GATT et travaille aujourd'hui auprès de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC). Dans cet ouvrage, il décortique tous les facteurs du sous-développement des pays du sud, rapports du PNUD et du FMI à l'appui, parsemés des chiffres effrayants sur les inégalités à l'échelle planétaire. Sa thèse : les pays en voie de développement ont de bonnes chances de le rester.

Ces " quasi-Etats-nations ", lieux stratégiques pendant la guerre froide, aujourd'hui oubliés, ne se sont jamais formés complètement en tant qu'Etats ou en tant que Nations. Ils n'ont aucun pouvoir de négociation au niveau international et ne pèsent durablement sur aucune décision. Devenus " vicaires du capitalisme mondial ", ils paraissent condamnés à se fondre dans un capitalisme global extraterritorial qui échappe par là même aux règles du contrôle démocratique.

Ces pays -plus de 150 selon l'auteur- sont victimes du cycle infernal de la pauvreté : la faible croissance du revenu par habitant, la croissance explosive de la population (des taux supérieurs à 2,5% par an) et une mauvaise répartition des revenus nationaux, une équation néfaste qui perpétue la misère. Parmi les 150 Etats, plusieurs sont devenus des " entités chaotiques ingouvernables ", en proie à des conflits incessants. D'ailleurs, face à ces conflits, l'Onu est pratiquement impuissante en raison du manque d'engagement des Etats décisionnaires (qui craignent la sanction des urnes).

En conclusion, la seule possibilité de sortir du sous-développement, est de s'adapter à la donne mondiale qui exige de rattraper le retard technologique, de moderniser l'économie et de freiner le taux de natalité. Et même s'ils réussissent à moderniser la production et les exportations, s'ils trouvent la voie du développement économique et social, cela prendra du temps, au minimum deux décennies au cours desquelles ils devront atteindre un équilibre entre la croissance de la population et les ressources vitales (nourriture, énergie, eau).

Ce livre donne des exemples frappants et véhicule des idées intéressantes. Seul bémol : elles ne sont pas franchement novatrices.

Par Stéphanie Chemla- Juillet 2004
Copyright © Cyberscopie
http://www.cyberscopie.info