>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

« La société russe en quête d'ordre. Avec Vladimir Poutine ? », Gilles Favarel-Garrigues et Kathy Rousselet, Collection CERI/Autrement, Editions Autrement, mars 2004

Après avoir remporté sans surprise et haut la main le scrutin présidentiel du 14 mars 2004, Vladimir Poutine s'affirme comme le maître incontesté de l'échiquier politique en Russie. Depuis son arrivée à la tête de la Fédération de Russie en 2000, l'ancien agent du FSB a fait de la restauration de l'Etat et du rétablissement de l'ordre le cœur de son action tout en renforçant son pouvoir. Dans une société en profonde mutation, marquée par un climat d'incertitude économique et de vulnérabilité sociale, son projet politique semble correspondre aux aspirations de la population en quête d'ordre et de repères. C'est la thèse développée par Gilles Favarel-Garrigues et Kathy Rousselet, deux chercheurs du Centre d'études et de recherches internationales (CERI), dans « La société russe en quête d'ordre. Avec Vladimir Poutine ? », une nouveau livre paru aux éditions Autrement.

Spécialiste de la société russe et des questions religieuses, Kathy Rousselet analyse, dans la première partie de l'ouvrage, l'adaptation de la population russe face aux bouleversements postcommunistes. Selon elle, " les changements radicaux observés dans les années 1990 ont engendré des sentiments de méfiance à l'égard des institutions ". Confrontée à une crise économique sans précédent qui s'est accompagnée par une baisse du niveau de vie minimum, l'apparition de nouveaux pauvres à côté des chômeurs et une augmentation des inégalités, la population russe tente de retrouver ses repères. Cet état de vulnérabilité explique l'aspiration à l'ordre et l'essor du nationalisme d'un peuple qui éprouve un sentiment de honte devant le déclin de la Russie. Dans ce contexte, la figure de Vladimir Poutine, associée à l'autorité de l'Etat et au retour à l'ordre social, répond aux attentes d'une population déboussolée par ces changements brutaux. A côté des associations de quartier, perçues comme un lieu de protection sociale, les Russes accordent leur confiance au chef du Kremlin. " Ce souci d'ordre traverse toutes les générations ", explique Kathy Rousselet. Des retraités nostalgiques du communisme aux plus jeunes nés entre 1975 et 1980. Son analyse des attentes et des réactions de la population russe face aux changements permet de mieux comprendre le phénomène Poutine dans la Russie d'aujourd'hui. Elle montre bien à quel point le programme politique du chef de l'Etat et de son parti, Russie Unie, largement majoritaire à la Douma d'Etat depuis les élections législatives de décembre 2003, épousent les espérances actuelles d'une large majorité de la population.

Dans la seconde partie de l'ouvrage, Gilles Favarel-Garrigues fait un examen minutieux de la concentration du pouvoir entre les mains de Vladimir Poutine. Déjà héritier d'un " régime super-présidentiel " mis en place par son prédécesseur, le chef du Kremlin a considérablement renforcé son emprise sur les institutions fédérales et l'espace politique russes depuis son arrivée au pouvoir en 2000. Après avoir rappelé le rôle des groupes d'influence qui gravitent au sein de l'administration présidentielle, l'auteur décrypte les ressorts du système politique poutinien. De la maîtrise du Conseil de la Fédération, l'Assemblée des Régions, au contrôle actuel de la majorité des voix au sein de la Douma, l'Assemblée nationale, du rôle affaibli de la prokouratoura, le pouvoir des juges et des procureurs, à la mise au pas des médias privés indépendants, Poutine est parvenu, selon le chercheur, à réduire considérablement " la capacité de ses adversaires à le discréditer ". Le président russe dispose également d'une véritable machine de guerre électorale avec son parti Russie Unie. Cette formation, rappelle Gilles Favarel-Garrigues, est destinée, comme la plupart des autres partis politiques dans la Russie postcommuniste, à appuyer sa candidature lors de échéances électorales. Largement majoritaire à la Douma, Russie Unie compte plus de 670 000 membres et dispose d'un mouvement de jeunesse efficace, " Les Jeunesses de Russie Unie ". Son programme, articulé autour d'idées simples (" Un Etat fort ", " le développement de la société civile ", " Un pays d'hommes libres ", " Une société juste ") séduit les couches populaires et répond aux inquiétudes de la population.

Malgré les dérives autoritaires dénoncées par les opposants, le système Poutine semble ainsi être en phase avec les aspirations d'un peuple en quête d'ordre et de stabilité. Après avoir considérablement renforcé son pouvoir lors du premier mandat présidentiel (2000-2004), toute la question est de savoir si l'homme fort du Kremlin oeuvrera, en cas réélection, pour l'intérêt général, ou, s'il en profitera pour accentuer davantage son pouvoir.

Par Julien Nessi- Mars 2004
Copyright © Cyberscopie
http://www.cyberscopie.info