>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

«Atlas des guerres et des conflits dans le monde. Peuples, puissances militaires, espoirs de paix», Dan Smith, Editions Autrement, Avril 2003

Conçu par Dan Smith, spécialiste des questions géopolitiques et ancien directeur de l'Institut International de Recherche pour la paix d'Oslo, cet Atlas des guerres propose un tour d'horizon, en moins de 130 pages, des principaux conflits armés de la planète. Quelles sont les causes des guerres ? Quelle est la capacité militaire réelle des Etats ? Quel est l'état actuel de la prolifération des armes de destruction massive ? Quelle est la réalité du marché international des armes ? Quels sont les principaux conflits qui sévissent dans le monde ? Où situer les principales menaces terroristes ? Voilà quelques unes des questions auxquelles cet atlas tente de répondre.

Dans les trois premiers chapitres, l'auteur examine les grandes causes des conflits, donne à voir les différentes dimensions de la puissance militaire et aborde les répercussions morales et humaines des guerres. Questions essentielles avant de s'intéresser aux conflits régionaux et aux guerres civiles meurtrières à l'intérieur des Etats.

L'atlas de Dan Smith fait ainsi état de 47 conflits armés à la surface du globe en 2001, dont la majorité se déroule en Afrique subsaharienne (20) et en Asie-Pacifique (20). Ce bilan chiffré a au moins le mérite de rappeler que les guerres les plus meurtrières n'ont pas forcément lieu là où elles sont les plus médiatisées (Kosovo, Afghanistan, Irak). Et parmi les grandes causes des conflits, l'auteur rappelle avec justesse que " les guerres se concentrent dans les pays pauvres ", chiffres à l'appui : 56% des pays faiblement développés ont connu une guerre civile entre 1997 et 2001 tandis que seulement 2% des nations classées d'un indice de développement humain élevé sont confrontées à une guerre. Autres sources de conflit évoquées dans l'ouvrage : la nature du système politique (45% des dictatures à parti unique ont connu une guerre civile) et la grande diversité ethnique (" le risque de conflit est plus élevé dans ces pays particulièrement si ce sont des pays pauvres et non démocratiques ").

Sur la carte des conflits, l'Afrique figure donc en bonne place, suivie par l'Asie et la région Pacifique. Cette première partie de l'atlas donne également à voir les cartes de la puissance militaire à travers la répartition des dépenses militaires mondiales, les effectifs engagés dans le monde ou encore le marché international des armes. Sur ces questions, pas de surprise : les Etats-Unis se taillent la part du lion devançant largement l'ensemble des autres pays. La superpuissance américaine fait l'objet d'une double page comprenant une carte explicite qui montre la répartition des forces américaines dans le monde et leurs alliés stratégiques. Les enfants-soldats, les réfugiés et les coûts en vies humaines sont également abordés dans l'ouvrage afin de rappeler les conséquences humaines tragiques des guerres. Plus classique, une grande partie de l'atlas examine les conflits par région, de la Corne de l'Afrique à la question kurde en passant par l'Asie du Sud ou le Caucase. Mêlant cartes géographiques, graphiques explicatifs ( comme par exemple l'eau dans les relations israélo-palestiniennes, la diaspora kurde ou les réserves pétrolières dans le Golfe) et encart chronologique, chaque présentation d'un conflit fait l'objet d'une remise en perspective. Cependant, l'une des faiblesses de cet atlas, c'est peut-être la simplification parfois excessive de l'explication de certains conflits ou processus de paix en cours, en raison du peu de place donné aux textes. De plus, les cartes ne sont pas créditées et n'indiquent pas la source des informations utilisées.

Par Julien Nessi - octobre 2003

Copyright © Cyberscopie
http://www.cyberscopie.com