>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

«De la guerre comme politique étrangère des Etats-Unis», Noam Chomsky, Editions Agone, Collection Contre-feux , 220 pages

Il est des livres dont l'actualité révèle la pertinence. " De la guerre comme politique étrangère des Etats-Unis " est un recueil de textes écrits par le linguiste américain Noam Chomsky entre 1985 et 2002. Du Vietnam aux Balkans, en passant par le Timor et l'Afghanistan, Chomsky éclaire tous les conflits auxquels ont pris part les Etats-Unis, le plus souvent motivés par de seuls intérêts nationaux.

Des " tentatives maladroites de faire le bien " inspirées par la doctrine Monroe formulée en 1823. Enoncée pour résister à l'impérialisme européen au 19è siècle, elle justifia tout au long du 20è une politique d'intervention, avec des fortunes diverses, à l'encontre des régimes peu appréciés par le gouvernement américain.

Une forme d'impérialisme au profit des Etats-Unis au nom de la démocratie et de la paix qui amena le pays à soutenir des dictatures, telle l'Indonésie de Suharto. En fait de démocratie, Chomsky démontre que l'amélioration des conditions d'investissement pour les entreprises étrangères est "au cœur de la conception géopolitique des Etats-Unis". " Il est remarquable " ajoute Chomsky " que les Etats-Unis tentent de s'inventer régulièrement des ennemis dès qu'un pays lui échappe effectivement ".

Noam Chomsky cite un document du " Haut commandement stratégique " américain sur les " principes élémentaires de la dissuasion post guerre froide " paru en 1995. Ce document propose que les Etats-Unis exploitent leur potentiel nucléaire " pour donner l'image d'un Etat irrationnel et vindicatif dès lors que ses intérêts vitaux sont menacés. Il n'est pas bon de nous présenter comme une nation trop respectueuse de sottises tels que le droit et les traités internationaux ". Une façon de ne poursuivre que ses intérêts propres en totale autonomie par rapport aux institutions internationales qui posait déjà la question cruciale des alliances lors des interventions militaires. Un débat que le conflit Irakien n'a fait qu'exacerber…

Dans un texte écrit en 1999, l'anarchiste américain estime qu'il est "probable que le droit d'intervention humanitaire soit invoqué de plus en plus fréquemment dans les années à venir" ajoutant "pour ceux qui n'adhèrent pas aux pratiques de Saddam Hussein, il importe d'apporter sérieusement la preuve que l'usage de la force peut être nécessaire en cas de violation des principes de l'ordre international. Peut-être est-ce possible après tout ? Néanmoins il faut le prouver et pas seulement le proclamer avec passion du haut d'une chaire rhétorique".

Le dernier texte écrit après les attentats du 11 septembre 2001 est une analyse de la réponse américaine au terrorisme. Sceptique sur la pertinence d'une opération militaire traditionnelle pour contrer cet "intolérable retour à la barbarie", Chomsky semble prévenir avec gravité que c'est " au péril de leur vie que ceux que l'histoire a habitués à une parfaite impunité lorsqu'ils commettaient de leur côté des crimes également abominables "continuent d'ignorer que désormais les riches et les puissant ne détiennent plus le quasi-monopole de la violence ".

Si l'abord du livre se révèle quelque peu fastidieux, sa réédition (et sa lecture) tardive ne lui donne que plus de poids tant certains passages se révèlent éclairants -dérangeants aussi- sur le plan historique, stratégique, mais aussi rhétorique, après l'intervention américaine en Irak.

Par Régis Soubrouillard - Juillet 2003

Copyright © Cyberscopie
http://www.cyberscopie.com