>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

«Pourquoi les guerres ? Un siècle de géopolitique», François Géré , Edition Larousse en partenariat avec Courrier International, Collection 20/21, mars 2002

«Pourquoi les guerres ? ». A cette question "simple", les réponses sont complexes, multiples et complémentaires. Des réponses auxquelles s'est attelé François Géré, directeur de l'Institut diplomatie et défense et auteur de nombreux ouvrages sur la géopolitique et les technologies militaires. Le livre, destiné au grand public, présente la guerre sous toutes ses coutures, ses formes et ses modes. A travers cette vulgarisation de la géopolitique mondiale, claire et didactique, parsemée de cartes en couleurs, le lecteur suit «dans le temps et l'espace, les sentiers de la guerre pour la comprendre, et de la comprendre pour la maîtriser».

Proche-Orient, Afghanistan, Bosnie, Rwanda, etc. (!) Tant de conflits récents sous les feux de l'actualité dont certains continuent encore et toujours à tuer et à détruire. Face à cette litanie d'informations morbides que le spectateur français absorbe lors de la grand-messe télévisuelle du 20h, rares sont les explications mettant en perspective les différents conflits. Pour le public lambda, la guerre, c'est la guerre. Des soldats. Des morts. Le plus souvent d'ailleurs, civils. Quant à comprendre quelque chose à l'origine des guerres, il s'agit souvent pour beaucoup de personnes de " recracher ", à peu de chose près, le commentaire d'un envoyé spécial sur le terrain, lu ou entendu la veille. Mais une fois digérée " l'info ", une question titille les esprits les plus cartésiens : pourquoi les guerres ? A cette question simple, au point qu'elle en est presque infantile, les réponses apparaissent rapidement complexes, multiples et complémentaires. Là où certains ouvrages ne font que compulser différentes pages d'histoires entre-elles, François Géré, directeur de l'Institut diplomatie et défense, a réalisé Pourquoi les guerres ?, un livre didactique qui a pour but d'apporter les clefs de compréhension des guerres du XXe et du XXIe siècle. Pas besoin d'être un militaire ou de plonger dans la polémologie (étude sociologique de la guerre) pour s'intéresser à ce travail. Bien au contraire. Le livre s'adresse à un large public afin que tout un chacun ne reste plus dans le flou le plus total face aux différents acteurs et enjeux des conflits d'hier et surtout de demain.

" La der des ders "

Rétrospectivement, on ne peut que déplorer que le XXe siècle ait été particulièrement meurtrier. Pourtant, qui n'a pas encore en tête cette expression apprise au collège en cours d'histoire sur la première guerre mondiale, " La der des ders ". Bien mal a pris une poignée de diplomates de l'époque de croire en cette utopie, aussi noble soit-elle. Depuis, les conflits n'ont fait que ravager les cinq continents. De façon empirique, on peut se permettre de dire aujourd'hui que personne n'est à l'abri des desseins malveillants d'un homme, d'un Etat ou d'une organisation. Si la guerre est aussi vieille que l'homme, François Géré, docteur en science politique, a focalisé le propos de son dernier livre, sur l'histoire guerrière du siècle passé et ses retombées sur notre siècle actuel. Il passe donc d'un siècle à l'autre, thème de la Collection 20/21 de Larousse. De l'ébranlement des empires, au début du XXe siècle, au terrorisme, qui a ébranlé l'Amérique un certain 11 septembre 2001, l'ouvrage retrace un siècle de géopolitique. Et à ceux qui en doute, François Géré précise dans son avant-propos : " cet ouvrage ne vient pas célébrer la guerre, pas plus qu'il n'en annonce la disparition. Il vient la présenter et l'expliquer dans toutes ses causes, ses formes et ses dimensions. "

" La guerre est un caméléon "

Entre guerre et paix, le XXe siècle aura été caractérisé par un paradoxe qui semble inhérent à l'espèce humaine. Ce siècle aura connu des " guerres mondiales, civiles et des guérillas d'une extrême cruauté ", pourtant, il " est également marqué par le désir ardent de frayer des chemins de paix, larges, durables, universels ". Malheureusement, les efforts et la meilleure volonté de certains ont été réduit à néant par d'autres bien moins intentionnés… C'est le moins que l'on puisse dire. Dans son contenu, l'auteur fournit clairement les tenants et les aboutissants de la guerre. Pour exemple, afin de comprendre les guerres, il est indispensable de connaître les mobiles qui " sont souvent traduits en représentations géopolitiques ". D'après l'auteur, ils sont de trois ordres. " Survivre fait parti des mobiles du premier ordre. C'est la relation primordiale du groupe humain à la nature, à l'écosystème. " Les mobiles du second ordre concernent la " recherche de prospérité et de son accroissement ". Enfin, il y a " les mobiles d'ordre ultime et supérieur qui correspondent à l'idéologie : éthique, religion, systèmes de valeurs présentés comme universels ". Ainsi, " la guerre est un caméléon " comme disait Carl Von Clausewitz, général et théoricien militaire prussien, auteur de De la guerre, qui fait des conflits un élément fondamental du jeu politique entre les nations.

" Business as usual "

Aux guerres " historiques ", la Première et la Seconde guerre mondiale, le conflit israélo-palestinien, celui d'Iran-Irak par exemple, François Géré évoque également les facteurs de tensions débouchant sur des guerres larvées comme l'accès à l'eau, aux matières premières, le besoin de terres fertiles ou encore les questions démographiques. Des facteurs qui peuvent être à l'origine des guerres de demain. Dans sa démarche de vulgarisation de la géopolitique mondiale, le scientifique souligne la position dominante de cette nation que sont les Etats-Unis au sein de l'échiquier mondial (" La paix par l'empire ? "). Car pour lui, comme pour de nombreux géopoliticiens, les Etats-Unis sont " soucieux de rétablir, dans une souffrance assurée, la règle du " business as usual ".

Un livre clair et didactique

Dans sa forme, l'ouvrage se veut avant tout didactique et synthétique, avec des chapitres précis et une cartographie abondante en couleurs. La mise en page rappelle d'ailleurs un peu les livres scolaires d'histoire, même si le format est plus serré et le contenu moins exhaustif. Pourquoi les guerres ? s'articule autour de trois grands chapitres. Le premier, les conflits du XXe siècle, propose une rétrospective chronologique du déclin des grands empires qui se partageaient le monde en 1900, tout en suivant le scénario implacable de la violence et des conflits passés. Après ce flash-back, l'auteur répertorie dans un deuxième chapitre, intitulé les acteurs et les enjeux, les mobiles et les acteurs du jeu géostratégique mondial actuel (démographie, eau, marchands de canons, services secrets, fondamentalismes, mafias, etc.). Enfin, en guise de troisième partie, l'auteur propose sa prospective des conflits du XXIe siècle par une présentation des divers foyers de tensions qui agitent le monde en ce début de siècle. Chacune de ces trois grandes parties, reconnaissable aisément par quelques variantes de présentation, est découpée en nombreux sous-chapitres qui synthétisent sur deux pages un thème précis afin d'aller à l'essentiel et de ne pas perdre le lecteur dans des détails qui nécessiteraient des développements beaucoup plus conséquents.

" La carte, un repère et un leurre "

Du côté de l'illustration, l'accent à été porté tout particulièrement sur une riche cartographie soignée. Le livre compte soixante-six cartes différentes, certaines issues des fonds cartographiques de Courrier International, d'autres ayant été l'occasion de créations originales. Si la présence de cartes peut s'avérer un outil utile à l'information de celui qui l'utilise, François Géré n'oublie pas pour autant de rappeler dans un paragraphe de son introduction le revers de la médaille. " La carte est un repère, mais aussi un leurre. On peut se fourvoyer à cause d'une carte… Les cartographes peuvent fabriquer de fausses perceptions qui désorientent. La carte fonctionne comme la mémoire. Elle est tout aussi indispensable. Et cependant, elle peut tromper et trahir, y compris la bonne foi. (…) Douteuse, ambiguë, partielle, partiale, chargée de tous les travers de l'imperfection humaine, elle joue cependant un rôle majeur : elle inspire et guide le responsable politique dans sa représentation du monde et de l'équilibre des forces. Elle influence donc la décision. Pour le meilleur ou pour le pire… Pour notre part, en orientant le lecteur, nous n'avons cherché qu'à lui fournir des marques dans l'espace et le temps de la conflictualité. " Au côté de ces multiples cartes, vingt-cinq schémas instructifs et photos agrémentent également l'ensemble des chapitres.

Realpolitik oblige !

Si l'on peut noter quelques raccourcis historiques (c'est souvent le problème de ce type d'ouvrage), Pourquoi les guerres ? reste un livre efficace et concis. A remarquer, ces brefs développements, complémentaires au sujet traité dans le chapitre en cours, situés en marge du texte principal. Quant aux amateurs de détails historiques et autres anecdotes, mieux vaut compléter sa bibliothèque par des ouvrages plus sectorisés. Pour ceux qui souhaitent approfondir certains sujets, ils pourront se reporter à la fin du livre, face à l'index des noms propres, pour retrouver certaines références bibliographiques, non exhaustives, ventilées en fonction des trois grandes thématiques du livre. L'ouvrage vise donc un large public, des lycéens et autres étudiants aux adultes qui souhaitent retrouver de façon organisée les thématiques liées à la guerre afin de mieux appréhender les enjeux d'hier et de demain. Pourquoi les guerres ? de François Géré est sans aucun doute " un outil pratique pour le citoyen informé " comme il est annoncé en quatrième de couverture. Reste à évoquer la dimension philosophique de la guerre. Trop souvent, on entend que l'histoire se répète. L'auteur rappelle dans son introduction que " l'histoire, par essence tragique, est ponctuée d'accidents ". A la lecture du livre, même s'il permet de comprendre le passé et peut-être de mieux appréhender l'avenir, le lecteur est à même de rester perplexe et dubitatif, voire pessimiste, quant à sa capacité de simple citoyen de pouvoir agir sur la machine politique et de s'opposer à la realpolitik (Stratégie politique qui ne s'embarrasse pas de considérations morales) des gouvernements, quelle que soit leur étiquette. A quand un livre titrant Comment faire la paix !? En attendant, la phrase de Montesquieu tirée de De l'esprit des lois nous renvoie à nous-mêmes : " Sitôt que les hommes sont en société, ils perdent le sentiment de leur faiblesse ; l'égalité qui est entre eux cesse, et l'état de guerre commence ".

Dimitri Beck

A propos de l'auteur

François Géré est directeur de l'Institut diplomatie & défense. Il est agrégé et docteur en histoire. Auteur de plus d'une centaine d'articles scientifiques, consultant auprès des médias, il est l'un des experts français reconnus dans le monde. Il participe également au débat stratégique mondial dans les médias français et la presse internationale. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la géopolitique et les technologies militaires.

Pour la rédaction de Pourquoi les guerres ?, François Géré s'est assuré la collaboration d'experts : Annie Jafalian pour la Russie et le Caucase, Arnaud Blin pour les flux et les organisations internationales, Valérie Niquet pour le Japon, Philippe Wodka-Gallien pour la guerre électronique.

Bibliographie :

  • La guerre totale, Economica (2001)
  • La réserve et l'attente, Economica (2000) - Prix de l'Académie des sciences morales et politiques, 2001
  • Puissance et influences 2, géopolitique du XXIe siècle, en collaboration avec Gérard Chaliand et Arnaud Blin, Mille et une nuits / Fayard (2000)
  • Puissance et influence 1, géopolitique de l'an 2000, en collaboration avec Gérard Chaliand et Arnaud Blin, Mille et une nuits (1999)
  • La société sans la guerre, Desclée de Brouwer (1998)
  • Demain, la guerre, Calmann-Lévy (1997)
  • La guerre psychologique (1996) Economica - Prix de l'Académie des sciences morales et politiques, 1999