>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

«Mafia S.A. - Les secrets du crime organisé », William Reymond, Flammarion, novembre 2001, Paris

Journaliste d'investigation français installé aux Etats-Unis, William Reymond raconte dans son nouveau livre l'histoire du crime organisé à la manière d'un thriller à rebondissement. Il revient avec délectation sur les moments décisifs et les personnalités marquantes de la " Cosa Nostra " des années 30 à nos jours. Il s'intéresse également aux nouvelles formes de la criminalité sans frontières, du commerce illégal des cartes bancaires au trafic d'organes humains en passant par les multiples arnaques sur Internet. Au final, le résultat est inégal. Tandis que le récit sur l'histoire mouvementée de la mafia ravira les lecteurs les plus exigeants, l'enquête sur le nouveau crime organisé aurait gagné à être plus approfondie.

Grandeur et décadence de la " Cosa Nostra "

Contrairement à la plupart des ouvrages consacrés à l’histoire de la mafia, celui de William Reymond plonge dans l’univers du crime organisé avec un style vivant et rythmé. Réunion de chefs, relations secrètes entre services secrets américains et " hommes d’honneur " de la Cosa Nostra, règlement de compte entre parrains, ébauche d’une internationale du crime, rapprochement entre mafia sicilienne et cousins américains, partage des trafics entre groupes criminels… En historien de la criminalité organisée, le journaliste détaille avec soin ces épisodes plus ou moins glorieux de l’histoire mouvementée de la mafia. Son analyse n’oublie pas non plus d’évoquer la personnalité et le tempérament des hommes qui ont marqué l’évolution de la " Cosa Nostra ". De Meyer Lansky, devenu le cerveau de la mafia, à Lucky Luciano, qui internationalise les activités de la Cosa Nostra, l’auteur revient sur le rôle qu’ils ont joué dans l’organisation des activités criminelles.

Mutations inquiétantes du nouveau crime organisé

Dans la dernière partie de l’ouvrage, William Reymond dresse un tableau inquiétant des nouvelles formes de criminalité transfrontalière. Tous les moyens sont bons aujourd’hui pour extorquer un maximum d’argent : fraude bancaire sur Internet, fabrication de fausses cartes de crédit aux quatre coins du globe en un temps record, contrefaçon, vente d’organes humains, trafic de drogues… Toutes ces activités illégales se sont mondialisées, la planète devenant le vaste terrain de jeu des mafias. Selon le journaliste, les mafias travaillent aujourd’hui main dans la main pour tirer le plus grand profit de la globalisation. " Russes, Colombiens, Siciliens, Japonais et Chinois se sont unis pour répondre à la mondialisation " précise-t-il. Il constate notamment que " tout au long de ses vingt dernières années, le crime organisé a connu une extraordinaire mutation qu’aucune puissance mondiale n’est parvenue à contrer ". William Reymond avance notamment trois raisons pour expliquer l’alliance redoutable des groupes criminels à l’échelle de la planète : la corruption d’une partie de l’appareil financier international, l’augmentation foudroyante de la consommation de drogue et la révolution technologique avec Internet. Cette nouvelle internationale du crime forme ce que l’auteur nomme une mafia S.A., à savoir des groupes criminels qui agissent comme des multinationales et qui engrangent des profits colossaux. Ce qui laisse perplexe l’auteur : " Si le nouveau crime organisé était une entreprise, elle serait aujourd’hui l’une des premières du globe, avec un chiffre d’affaires annuel dépassant les 200 milliards de dollars. "

Julien Nessi