>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

«Le Tatarstan. Pays des musulmans de Russie», Fred Hilgemann, Collection Frontières, Autrement, 2007

Les mystères tatars enfin dévoilés au lecteur français… Dans une enquête parue aux éditions Autrement, le journaliste indépendant Fred Hilgemann brosse le portrait d'un peuple et d'un pays méconnus, à l'ombre de la scène médiatique internationale. Située à 800 kilomètres de Moscou, au confluent de la Volga et de la rivière Kama, la petite République du Tatarstan abrite la première minorité ethnique de Russie après les Russes. Les Tatars forment également la première communauté musulmane de la Fédération de Russie. Depuis son autonomie acquise en 1991 au sein de la Fédération de Russie, elle a suivi le chemin opposé de la Tchétchénie. Comment cette petite République, comparable par sa taille à l'Irlande et peuplée à moitié de musulmans et de chrétiens, en est arrivée là ? Et derrière les discours officiels sur l'intégration politique et économique, quelles sont les réalités de la vie quotidienne des Tatars de la Volga ? C'est à ces questions que le journaliste tente de répondre.

Dans Kazan, la capitale du Tatarstan, la grande mosquée Koul-Charif, avec ses quatre minarets élancés de 54 mètres de haut et sa coupole bleu azur, fait la fierté des habitants. Inauguré en juillet 2005, cet édifice musulman est vaste comme une cathédrale. " Cette prestigieuse réalisation, qui saute aux yeux des voyageurs arrivant de Moscou par le train, constitue à ce jour la plus importante manifestation de la spécificité culturelle des Tatars dans cette République de la Fédération de Russie, peuplée à égalité de chrétiens et de musulmans ", fait remarquer le journaliste Fred Hilgemann. cette immense mosquée rappelle justement aux visiteurs que les Tatars sont de confession musulmane, comme les Tchétchènes. Sauf qu'ici, et contrairement à la République du Caucase nord, le Tatarstan revendique un islam intégré et tolérant, dans le cadre d'une société multiethnique et multiconfessionnelle - la République du Tatarstan comptant 3,7 millions d'habitants, avec 1,6 million de Tatars et environ 2 millions de Russes. Pour nombre d'observateurs, le Tatarstan est un modèle d'intégration dans la Fédération de Russie, grâce à l'invention de " l'euro-islam ". " Cet islam adapté à un pays industrialisé et occidental a été baptisé du nom " d'euro-islam ", précise l'auteur. L'islam tatar, un modèle à suivre pour les dirigeants de Moscou ? Revenant sur le passé récent de la République et le mode d'organisation de l'islam sur le territoire - en étroite collaboration avec Moscou -, l'auteur décrypte les origines de cet " euro-islam ", qui arrange à la fois le Kremlin et les autorités tatars. " Synthèse ancienne des valeurs musulmanes et du libéralisme éclairé du XVIIIème siècle, l'islam tatar, ou " euro-islam ", comme se plaisent à le nommer les érudits tatars, ressuscité depuis quinze ans, se trouve au fondement de l'identité culturelle tatare ", explique Fred Higelmann.

Le succès du modèle tatar repose sur ses ressources économiques. Fer de lance de l'industrie automobile russe - le constructeur de camions Kamaz compte 52 000 employés et se classe parmi les dix plus grands constructeurs de poids lourds du monde - et riche en hydrocarbures, le Tatarstan peut compter sur son économie pour suivre son propre chemin. " Le pétrole, fortune du Tatarstan, fait de la République un acteur essentiel de l'économie de Russie (…). La république occupe actuellement le rang de premier producteur de pétrole brut du district fédéral de la Volga et de deuxième producteur en Russie, avec de 29 à 30 millions de tonnes par an ", rappelle le journaliste. Cependant, l'or noir des Tatars, à l'image des autres pays producteurs de pétrole, pourrait se raréfier à l'avenir. Bref, c'est une ressource économique précaire. Pour l'instant, confie le journaliste, aucun dirigeant n'ose aborder la question.

Le Tatarstan, c'est aussi le pays de l'ultra-capitalisme. Poursuivant le portrait de cette république au nom étrange, Fred Hilgemann décrit une société tatare où la fièvre de l'ultra-capitalisme s'est emparée des esprits. " Le profit, l'avancement, l'aisance et le confort emportent désormais le suffrage inconditionnel de la majorité en quête de bien-être ", écrit-il en introduction de son chapitre " au pays de l'ultra-capitalisme ". Le développement des loisirs - construction de complexes touristiques, développement du ski - traduit aussi cette montée en puissance du capitalisme. Un autre regard sur ce territoire à l'avant pays ouralien.

Observateur attentif des évolutions de la société tatare, le journaliste nous fait partager sa connaissance de ce petit pays aux ambitions dévorantes. Saluons la parution d'un essai consacré à une république largement méconnue en France.

Par Julien NESSI - mai 2008
Copyright © Cyberscopie
http://www.cyberscopie.info