>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

La cyberpropagande : une nouvelle arme géostratégique
Septembre 1999 - Julien Nessi

Nouveau terrain d'affrontement mondial, Internet est devenu en peu de temps une arme de propagande redoutable. Groupes terroristes et subversifs, organisations internationales et non gouvernementales, firmes multinationales ou encore dissidents rebelles se servent d'Internet à des fins idéologiques et politiques. La guerre de l'information sur le Net ne fait que commencer et sème les germes d'une nouvelle forme de propagande : la " cyberpropagande ".

La cyberpropagande, une réalité politique

Guerre électronique de l'information, guérillas " high tech ", " diplomatie virtuelle ", propagande multimédia…. Pas un jour sans que la presse ne se fasse l'écho de ces phénomènes naissants sur le réseau des réseaux. Dans tous les cas, le cyberespace est devenu un vaste champ de bataille entre belligérants d'un nouveau genre. Au cœur de cette guerre électronique se trouvent la maîtrise de l'information, la manipulation des esprits et la persuasion de l'opinion publique internationale. Devenue un véritable phénomène politique, la propagande sur le Net se répand à la moindre occasion et suit le cours des événements récents ou plus lointains. De la guerre du Kosovo à la rébellion islamiste au Daghestan, en passant par les guérillas latino-américaines ou les groupes islamiques, le Net sert de caisse de résonance et d'arme de propagande mondiales. La propagande "digitale" a envahi les écrans et sévit sur tous les fronts du cyberespace : sites Web, forums de discussion, listes de diffusion, messageries électroniques, ou encore via des communiqués de presse idéologiques diffusés sur Internet. Elle se répand comme une traînée de poudre et tisse une toile mondiale au pouvoir de nuisance endémique. Cette propagande du XXIème siècle repose sur la puissance des armes électroniques dont Internet constitue le fer de lance.

Internet, pièce maîtresse de la cyberpropagande

Les différents acteurs impliqués sur les réseaux électroniques ont un champ d'action relativement large. De la simple présence symbolique à travers l'existence d'un site partisan aux techniques les plus sophistiquées, les activistes du Net tirent partis des ressources offertes par la Toile d'araignée mondiale. Grégory Destouches, dans une étude récente sur la galaxie de l'Internet rebelle et terroriste, passe en revue les moyens d'action possibles sur le Net. Selon l'auteur, "Internet est un formidable outil qui donne aux mouvements [armés] un écho disproportionné par rapport à leur taille réelle". Ce que d'autres ont appelé l'effet "CNN du pauvre". L'action de cyberpropagande permet d'amplifier les messages idéologiques et de les répercuter instantanément dans tous les pays du monde. Les Indiens du Chiapas, sous la férule du sous-commandant Marcos, ont ainsi pu populariser leur combat grâce à une gestion intelligente de cet outil de communication moderne. La propagande électronique, menée de manière subtile, permet également de lancer des campagnes internationales à distance contre un pays, une personnalité ou un groupe politique. Dernier cas de figure en date : le conflit au Daghestan. Pour contrecarrer le pouvoir de l'armée russe et échapper à la censure militaire de l'occupant, les rebelles caucasiens ont, pendant un temps, gagner la bataille de l'information en diffusant sur Internet leur propre propagande (victoires militaires sur le terrain, messages idéologiques…). Internet, dans ce cas précis et dans de nombreux autres cas (kosovo, groupes dissidents cubains, timorais ou tibétains, actions des Talibans…), est une arme stratégique sur le front de l'information en temps de guerre ou d'occupation. Une évolution à suivre...

Julien NESSI