>>> Bienvenue sur Cyberscopie, nous sommes le , il est .

Internet, clef de la Maison-Blanche ?
Juin 2000 - Julien Nessi

La campagne pour les élections présidentielles aux Etats-Unis est plus que jamais marquée par l'irruption d'Internet. Le réseau des réseaux s'est transformé en vaste champs de bataille où s'affrontent partisans démocrates et activistes républicains. Les candidats en course pour la Maison blanche exploitent le potentiel et la force de frappe de la Toile. Véritable machine de guerre électorale, Internet permet aux prétendants de déployer une stratégie de séduction directe, efficace et à moindre coût. Gros plan sur le rôle croissant joué par les nouvelles technologies dans les élections américaines.

L'avènement de la Net Politique

Les élections présidentielles 2000 pourraient être au Web ce que la compétition présidentielle de 1960 fut à la télévision. Le choc télévisé Kennedy-Nixon en 1960 avait marqué l'avènement du petit écran dans la vie politique américaine. Aujourd'hui, avec 67 millions d'Américains connectés, Internet est en passe de devenir un nouvel espace de compétition politique. Même si l'influence réelle d'une campagne en ligne est difficile à évaluer, la montée en puissance de ce nouveau média pourrait avoir des incidences sur le long terme dans les stratégies électoralistes. Face à l'émergence des nouvelles technologies dans la vie politique américaine, Dick Morris, l'ancien stratège du président Clinton, prévoit un avenir radieux à la Net Politique. " Internet va s'emparer de la politique et devenir le cinquième pouvoir " prophétise-t-il. Une prédiction devenue réalité ?

Depuis le début de la campagne présidentielle, Internet a été pris d'assaut par les candidats. Une ruée non pas virtuelle mais bien réelle. La présence sur le Net est vite devenue un passage obligé pour les candidats. Durant les primaires républicaines et démocrates, le Net a servi de caisse de résonance politique et d'arme de propagande électorale. Sur les différents prétendants au trône présidentiel, certains ont joué à fond la carte du Net. Al Gore et Georges W. Bush ont bataillé ferme chacun de leur côté pour obtenir l'investiture des délégués de leur parti. En plus des médias traditionnels et des méthodes classiques de communication politique, ils ont tous les deux porté leur effort de campagne sur Internet.

Campagnes en ligne pour Al Gore et Georges W. Bush

Du côté démocrate, le dauphin désigné du président Clinton avait déjà fait campagne sur les autoroutes de l'information pour faire réélire son patron en 1996. A quelques mois de la convention démocrate où il devrait logiquement obtenir l'investiture de son parti, Al Gore dispose toujours d'un site électoral très complet sur lequel l'internaute peut trouver des informations quotidiennes sur sa campagne présidentielle (ex : bulletins quotidiens, agenda, discours, retransmission audiovisuelle de ses meetings politiques, lettre d'information électronique sur sa campagne ou encore collecte de dons en ligne). Le site officiel d'Al Gore est un modèle du genre de la Net Politique proposant également une version en espagnol. Plus récemment, son équipe de campagne a lancé un contre site d'information " bushinsecurity.com " pour fustiger le projet de privatisation de la sécurité sociale du Républicain Georges W. Bush. Objectif de la manœuvre : contrer, point par point, la proposition électorale de l'opposant républicain.

Du côté républicain, le gouverneur du Texas et fils de l'ancien président américain Georges Bush (1989-1993) part favori dans la course à l'investiture face à John McCain. Sa stratégie multimédia est également très développée avec pour fer de lance un site Internet de campagne digne des plus gros sites d'information. Au menu : discours politiques, actualité de la campagne, présentation de chaque proposition électorale, rubrique pour les jeunes, recrutement de sympathisants, un espace interactif pour les jeunes républicains…Bref, c'est un site paquebot mis à jour quotidiennement dont l'objectif est de séduire un maximum de chalands.

Dans la course à la présidentielle, les deux candidats en lice n'ont pas négligé la portée et l'impact des nouvelles technologies. Ils ont élargi leur campagne à l'Internet en se dotant de ces nouvelles armes de communication électronique. Al Gore lui même avait déclaré avant le début de sa campagne : " sans stratégie Internet, je ne serai jamais élu à la Maison blanche "…

Internet, une arme redoutable pour lever des fonds

Internet permet également aux candidats d'accumuler un trésor de bataille dans une élection où l'argent demeure le nerf de la guerre. Al Gore et Georges W. Bush n'hésitent pas à collecter, directement sur leur site Internet, des fonds pour financer leur campagne. Depuis le début de la compétition politique, le candidat républicain a déjà amassé plus de 1,7 millions de dollars auprès des internautes. Son opposant démocrate a réussi à lever 1,5 millions de dollars grâce à sa campagne en ligne. Des sommes d'argent non négligeables quant on sait que le budget de chaque candidat se compte en plusieurs dizaines de millions de dollars. La présence sur Internet permet aussi à chaque candidat de se constituer d'énormes fichiers d'électeurs potentiels auxquels seront appliqués les techniques classiques de promotion et de communication politique hors ligne.

D'après une enquête récente conduite par une association américaine de professionnels de la politique, 6% des internautes américains reconnaissent avoir pour principale source d'information Internet contre près de 30 % pour les télévisions câblées et les journaux. Même si ce chiffre est encore faible par rapport aux sources d'information classiques, on voit bien l'intérêt stratégique pour les candidats de s'adresser directement aux électeurs américains sur un site personnel d'information. Pour l'instant, le net sert surtout à orchestrer la campagne, à personnaliser le message politique auprès de chaque internaute, à recruter de nouveaux adhérents et, enfin, à lever des fonds auprès des sympathisants. Mais, à l'avenir, Internet pourrait s'avérer être un outil de communication redoutable dans les campagnes politiques des démocraties les plus branchées.

Julien Nessi